Un chaton sans abri, né avec quatre oreilles et un œil, trouvé sous une maison, obtient une seconde chance

Lorsque les sauveteurs ont trouvé Frankie vivant sous une maison à Geelong, dans la banlieue de Melbourne, ils ont constaté que son œil droit était déformé. Encore plus étonnant, en plus de ses oreilles pointues de chat, il avait aussi une paire d’oreilles supplémentaires plus petites.

Le chaton singulier, âgé de 10 semaines, a été retrouvé avec son frère. Ils ont tous deux été amenés à la Geelong Animal Welfare Society (GAWS) pour examens et traitements. Le chaton à l’apparence peu conventionnelle a été nommé Frankenkitten, ou Frankie.


Georgia Anderson, l’une des bénévoles du refuge, s’est rapidement entichée de Frankie. « Il devait beaucoup souffrir, mais la première chose qu’il a faite quand je l’ai pris, c’est de ronronner et se frotter la tête sur mon visage », a-t-elle dit au The Dodo. « J’ai dit aux filles de la clinique vétérinaire que je l’aiderais à se rétablir après l’ablation de son œil. »

Outre la douleur causée par l’opération de son œil, le pronostic de Frankie semblait positif à condition qu’il puisse bénéficier d’un temps de repos dans un endroit sûr, ce qui est exactement ce que Mme Anderson pouvait lui offrir.


« J’ai probablement accueilli environ 80 chats et chatons l’année dernière », a ajouté Mme Anderson. En plus de tous ceux qui ont trouvé un refuge temporaire chez elle, Mme Anderson a également trois chats : Toothless, Mina et Lucius Malfoy ainsi qu’un beagle secouru nommé Dudley. Au début, son plan pour Frankie était juste de lui donner un endroit pour se rétablir.

« Quand je l’ai amené à la maison, il était sous l’effet des médicaments et souffrait, mais il était toujours aussi gentil et affectueux avec moi, les enfants et les autres animaux », a-t-elle dit. « Le lendemain matin, j’ai décidé que je voulais le garder. » En voyant la façon dont il s’intégrait parfaitement chez elle (quatre oreilles, un œil et tout), Mme Anderson n’a pu résister à lui offrir un foyer permanent.

Quant à la particularité anatomique de Frankie, ses deux oreilles supplémentaires, elle semble être une anomalie génétique. « On ne trouve généralement les chats à 4 oreilles que dans les populations de chats sauvages, donc en général on pense que c’est le résultat d’une consanguinité multigénérationnelle à long terme », a expliqué Mme Anderson sur Facebook.

Les oreilles supplémentaires de Frankie affectent quelque peu sa capacité auditive directionnelle, mais ceci ne semble pas lui causer beaucoup d’autres difficultés. En plus des problèmes oculaires, Frankie a d’autres problèmes de santé, comme avec sa patte arrière, des déficiences intellectuelles et, surtout, ses dents.
Après avoir attendu que Frankie grandisse un peu, les vétérinaires ont dû lui retirer ses incisives inférieures vers cinq mois. Sinon, elles auraient endommagé son palais supérieur lorsqu’il ferme ses mâchoires. En attendant, il garde ses canines supérieures, ce qui signifie qu’elles pourraient pendre de sa mâchoire comme des « petites dents de vampire », explique Mme Anderson.

« Rien de tout cela ne semble affecter son attitude enjouée, car il est constamment en train de jouer partout dans la maison », ajoute-t-elle. Ses trois autres chats lui offrent un excellent environnement social au sein duquel Frankie s’est rapidement fait une place. On le voit souvent « courir comme une flèche dans la maison » avec ses frères et sœurs et il adore « jouer à la dure », selon Mme Anderson.

Avec ses adorables photos sur Facebook et Instagram, Frankie a aussi attiré l’attention d’un grand public en ligne. De plus, il a également créé un lien spécial avec son frère humain, Arthur, le fils de Mme Anderson. « Ils s’entendent très bien ensemble », a-t-elle confié à Geelong Advertiser.
Par-dessus tout, Mme Anderson ne veut pas que les gens prennent en pitié Frankie ou le voient comme un chat « handicapé ». Comme elle l’a écrit sur son compte Instagram : « Ne soyez jamais, jamais désolé pour moi. Je suis un chat HEUREUX. »

La mère humaine de Frankie espère que son histoire encouragera d’autres personnes à tenter leur chance avec des animaux de compagnie qui peuvent sembler un peu différents à l’extérieur, mais qui sont très affectueux et enjoués.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.