« Mon fils de 3 ans va mourir et vit ses derniers jours de confinement » le message glaçant d’une maman qui vit les pires moments de sa vie

Il est de ces histoires tragiques en ces temps troubles liés au coronavirus. Cet enfant de 3 ans atteint de cancer doit mourir de façon imminente. Or, il passera ses derniers jours chez lui en raison du confinement. Sa mère est dévastée par cette situation où son enfant ne pourra pas profiter des derniers moments qu’il lui reste à vivre. Ce témoignage navrant nous est relayé par nos confrères du site britannique The Sun. Récit du quotidien d’un petit garçon foudroyé par la maladie.

Ce témoignage d’une mère déchire le cœur. Et pour cause, son fils de 3 ans risque de mourir dans les prochains jours et ne pourra pas passer de moments privilégiés à l’extérieur. Il devra se résoudre à mourir confiné en raison de la plus grande pandémie de notre temps.
Une tumeur au cerveau
Une maman au cœur brisé doit se résoudre au pire. Son enfant de trois ans va mourir des suites d’une tumeur maligne au cerveau. Aujourd’hui, elle exhorte les parents de « les chérir chaque instant ». Le petit garçon doit vivre ses derniers jours de confinement avant de disparaitre. A 3 ans, Alex a ressenti des étourdissements et des vomissements il y’a moins d’un an et ses parents pensaient qu’il s’agissait d’une infection de l’oreille. Malheureusement, ses symptômes se révèleront être issus d’une maladie grave. Il s’agira d’une tumeur cérébrale agressive qui ne sera pas éliminée par trois opérations et d’autres traitements intensifs.

12 semaines d’isolement
Aujourd’hui, le petit Alex devra rester chez lui et s’isoler pendant la durée de 12 semaines dans son domicile pour se prémunir contre le COVID 19. « « Tant de gens en sortiront et pourront un jour reprendre une vie normale – mais ce ne sera pas le cas pour nous. Mon enfant ne survivra pas à ce confinement » a déclaré Jo, le père du garçon de 3 ans. Puis d’ajouter : « Je veux juste que les parents réalisent à quel point leurs enfants sont précieux. Etre autour d’eux 24h / 24 et 7j / 7 pendant que les écoles sont fermées peut aussi être une chance de se faire des souvenirs. » Une supplique parentale de prendre soin de sa progéniture.

Une déclaration gouvernementale
Matt Hancock, ministre de la Santé a réagi. Il a menacé d’interdire tout exercice en plein air si les baigneurs continuent de violer les mesures de sécurité. Il a également demandé au public de penser aux gens comme Alex, qui souffre du cancer, quand ils sortent. « Voir les gens sortir, bronzer et pique-niquer dans les parcs, comme si rien ne s’était passé, est bouleversant. » a déclaré l’élu. Avant de continuer : « Quelques personnes ne prennent toujours pas cela au sérieux. » La ministre affiliée à la santé a également confié son exaspération quant à certaines personnes qui pensent qu’elles « sont assez fortes pour combattre le virus. Une mise en garde qui vient à point nommé lorsque l’on sait que les personnes malades, sont très vulnérables face à la propagation.

Un état qui s’aggrave
En se remémorant l’histoire du petit Alex, les parents conservent un souvenir amer. « Il était en garderie à l’époque donc j’ai pensé qu’il avait attrapé une maladie anodine » raconte la maman éplorée. Avant de continuer : « Je pensais qu’il se remettrait dans quelques jours mais son état a empiré ». Elle évoque également des symptômes tels qu’une perte d’équilibre et des maux de tête sévères. Après une visite chez le médecin, ils lui ont déclaré qu’il s’agissait simplement d’une infection de l’oreille et qu’ils devaient lui administrer des antibiotiques.


Une erreur de diagnostic
Tragiquement, ces médicaments n’auront pas pour effet de guérir ce petit garçon de 3 ans, désormais mourant. Lorsque ses vomissements se sont aggravés, les médecins ont su alors qu’il s’agissait d’un cancer du cerveau. « Tout le monde pensait que c’était une infection de l’oreille particulièrement mauvaise, car ils peuvent affecter l’équilibre […] Je ne blâme certainement pas les médecins – ils ont fait de leur mieux. » explique la maman. Pour l’heure, Alex devra passer ses derniers jours confiné avant de rendre son dernier souffle.

Comment surmonter le deuil d’un enfant ?
Choc, colère, marchandage, dépression sont autant d’étapes par lesquelles peut passer un parent qui vit cette épreuve dévastatrice avant de l’accepter. Cet évènement traumatique dont il est difficile de se remettre exige patience et résilience. Il s’agit de ne pas se renfermer et d’accepter l’aide de ses proches et potentiellement d’un psychologue ou d’un psychiatre qui aidera la personne en deuil à exprimer ses émotions. Il est toujours possible de réapprivoiser sa vie au lendemain de cette tragédie fatale pour certains parents.